Archives du mot-clé Marine Olivesi

Marine Olivesi, reporter de guerre

A l’occasion du Prix-Bayeux, nous avons rencontré, au cinéma de Granville, Marine Olivesi. Ils’agit d’une jeune reporter indépendante de 29 ans : elle travaille seule avec un fixeur (traducteur qui est aussi un homme de confiance ayant des contacts sur place et pouvant lui procurer un hébergement et un moyen de transport). Elle a fait ses études aux États-Unis, à Boston, c’est donc pour cela que l’on peut retrouver son travail sur des stations de radio telles que la BBC, CBC ou encore France 24. Suite au printemps arabe, elle d »cide de prendre un aller simple pour les pays du moyen-orient afin de couvrir les zones de guerre (en Syrie et en Libye). En tant que journaliste, son plus grand regret est d’avoir manqué la chute de Tripoli alors qu’elle avait l’occasion d’y assister.

Chloé Goubert, Lucie Cavallo & Tanguy Huzé

1ère S – Sentiers de la Mémoire – lycée Lebrun, Coutances

Un rencontre avec Marine OLIVESI, reportrice de guerre…

Nous avons assisté hier à l’intervention de la reportrice indépendante, Marine Olivesi, dans le cadre de la fondation Varenne (prix lycéen) du prix Bayeux-Calvados. Elle a pu répondre à nos questions pendant environ une heure et demi et nous expliquer en quoi consiste son travail de reporter de guerre.

       Marine Olivesi est une jeune française de 29 ans, elle est reportrice radio indépendante, elle travaille donc toute seule, sans garanties mais avec plus de libertés. Elle a commencé sa carrière aux USA , après avoir fait Science Po Lille, puis une école de journalisme aux États Unis. Rentrée en France, elle ne sait pas vraiment comment s’intégrer sur le marché du travail français.C’est alors que commence le « printemps arabe » en Tunisie, elle décide donc de prendre un billet d’avion, aller simple, pour vivre des moments historiques. Elle se passionne pour le sujet et continue en couvrant le conflit en Libye et un peu le Mali. Après la chute de Tripoli, elle se dirige vers la Syrie où elle travaille encore actuellement.

       Lors de son intervention, elle nous a exposé les moments les plus marquants de son parcours. Notamment lorsqu’elle doit prendre une décision : «Vaut-il la peine de prendre le risque ?». Elle nous a également affirmé qu’être une femme dans les différents pays qu’elle a couvert était un avantage majeur. Effectivement, elle peut de ce fait communiquer avec une partie de la population à laquelle les hommes étrangers n’ont pas accès, les femmes. C’est également un avantage de dissimulation, habillée comme une syrienne, elle passe inaperçue au milieu de la population. Selon Marine, le reportage radio est aussi un avantage par rapport au reportage télé. Les gens acceptent en effet plus facilement de parler dans un micro que devant une camera. Elle n’a de ce fait pas à passer des heures à essayer de convaincre les témoins de parler face camera.

      L’intervention à laquelle nous avons assisté nous a permis de beaucoup mieux nous figurer en quoi le métier de reportrice de guerre consistait. Cet entretien a été une expérience enrichissante et très intéressante.

 Marine Olivesi a remporté le trophée radio pour son reportage sur « Moussa et Alomari, livreurs sur une ligne de front », en Syrie.http://www.ouest-france.fr/prix-bayeux-marine-olivesi-la-pigiste-recoit-un-prix-1620187

Lise COURANT, Emma SCIEUX et Auriane POUTREL 1S3