Edition 2013

4ème Semaine de la Mémoire

du 08 au 15 février 2013

à Coutances (50200)

 

La quatrième édition de cette manifestation s’est déroulé du 08 au 15 février 2013 à Coutances, et avait pour thème : « Les formes de représentation de la Mémoire »

21 conférences, 14 témoignages, 19 projections, 5 expositions, 1 représentation théâtrale et des saynètes étaient au programme.

ÉDITO

« L’apparition et l’existence des Sentiers de la mémoire reposent en grande partie sur les liens qui ont été tissés avec des témoins des crimes de masse. Ces relations et les témoignages qui en découlent sont d’une valeur inestimable au regard de l’histoire. Ils comblent ou tentent de combler un vide, une absence, qui est le résultat de la tentative de faire disparaître un peuple et sa culture. Et lors de la disparition des derniers témoins, on assistera à un second vide, une seconde absence. Il ne restera alors que des traces documentaires, des témoignages enregistrés consciencieusement, faisant du même coup office de mémoire collective, de postérité. C’est peut être alors que le temps du travail de cette mémoire est arrivé. Mais comment travailler cette mémoire si nous ne sommes pas des témoins ? Sommes-nous  autorisés à porter les paroles de Arlette Testyler, de Claude Bloch (rencontrés
l’automne dernier) et de tant d’autres témoins ?

Bien sûr, faire vivre cette parole est le travail de l’historien, par des recherches méthodiques. C’est aussi le rôle du politique par des actions commémoratives et c’est le rôle de l’institution scolaire qui peut encore organiser des rencontres entre les élèves et les témoins survivants.

Mais l’art peut et doit prendre le relais même s’il apparaît compréhensible que l’acte de création semble contestable et peut être dérisoire compte tenu de la nature de l’événement. Le philosophe allemand Adorno disait « écrire un poème après Auschwitz est barbare » (1949), mais il revient sur cet aphorisme en disant que « la sempiternelle souffrance a autant de droit à l’expression que le torturé celui de hurler ; c’est pourquoi il pourrait bien avoir été faux  d’affirmer qu’après Auschwitz il n’est plus possible d’écrire de poèmes »
(Dialectique négative, 1966). »

Programme par jour :

Vendredi 08 février 2013

Samedi 09 février 2013

Dimanche 10 février 2013

Lundi 11 février 2013

Mardi 12 février 2013

Mercredi 13 février 2013

Jeudi 14 février 2013

Vendredi 15 février 2013

 

Laisser un commentaire