Kiev, la révolte du peuple

Kiev. Place Maïdan. Le 24 février 2014. 80 morts.

Depuis novembre 2013, une vague de violence fait rage sur Kiev.

La cause ? Le peuple vit comme une trahison le rejet de partenariat entre l’Ukraine et l’UE par le gouvernement du président Viktor Ianoukovytch. En effet, Ianoukovytch décide soudainement de se rapprocher de la Russie de Vladimir Poutine, y voyant de grands intérêts économiques.

L’Ukraine, se divise alors en deux « camps », les pro-russes, habitants de l’Est du pays et militaires principalement, et les pro-européens, le reste de la population vivant massivement à l’Ouest.

 L’épicentre de cette guerre civile se situe sur la place de Kiev. Les forces de l’ordre, armées, tirent sur les manifestants civils confinés derrière des barricades de fortune, et n’ayant pour se défendre seulement des briques et des cocktails Molotov. Ce conflit dure depuis quatre mois.

Trois grands mouvements d’opposition se créent alors autour de figures politiques ukrainiennes comme Ioulia Tymochenko ou Vitali Klitschko. Ils demandent la destitution du président Ianoukovytch, qui est obtenue le 22 février 2014.

Les affrontements prennent fin à Kiev en août 2014, mais les conflits en Ukraine ont toujours lieu, entre pro-russes et pro-européens, principalement en Crimée.

Amélie LABICHE, Arthur SAINT, Nicolas LECLERCQ